Une plongée au cœur des archives de l’université de Paris

Des femmes à l’université de Paris au Moyen Âge


Dotée de ses premiers statuts en août 12151, l’université de Paris s’organise rapidement en quatre facultés : droit, théologie, arts et médecine ; et c’est à la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (BIS) que l’on conserve aujourd’hui les archives de la faculté des arts. On y étudie – entre autres – la logique et la philosophie, c’est ce qui constitue la première étape des études d’alors. Elle était elle-même divisée en quatre nations : France, Normandie, Picardie, Angleterre2.

A la fin de l’époque médiévale l’Université de Paris rassemble des dizaines d’écoles et de collèges – dont celui de Robert de Sorbon, fondé en 1257, qui deviendra cette Sorbonne si prisée, initialement construit pour les étudiants peu fortunés. Les archives de ces collèges et écoles sont dépouillées, cataloguées et valorisées dans le cadre du projet ORESM (Oeuvres et Référentiels des Etudiants, Suppôts et Maîtres de l’Université de Paris au Moyen-Âge), porté par la BIS au sein du Service de la Valorisation des collections et du soutien à la recherche (SERVAL) et le Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris (LaMOP-UMR 8589). Il est également co-financé par le DIM-STCN (Domaines d’Intérêts Majeurs – Science des Textes et Connaissances Nouvelles). Un travail de longue haleine mené par la BIS (DMLA) : « Sources de l’histoire de l’Université de Paris » recoupe les intérêts du projet pour mettre à jour ces archives. En collaboration avec le DMLA, notre cheffe de projet ORESM, Lucie Vieillon, s’est immergée dans un carton d’archives3, elle y a rencontré des prénoms de femmes sur des lettres de provision, émises entre 1484 et 1500… Mais que faisaient ces femmes à l’université de Paris et surtout quel était leur rôle (suffisamment important au demeurant), pour être mentionnées ?

En faisant quelques recherches nous avons découvert, à l’instar de James K. Farge4 et d’Olivier Guyotjeannin5, qu’il existait des synodes où les maîtres et maîtresses des écoles et collèges parisiens se réunissaient afin que leur autorisation d’enseigner se voit reconfirmée par le truchement de lettres de provision. Si l’on connaissait déjà l’existence de l’hérédité de certains postes, il est moins certain que nous connaissions l’existence de poste de maîtresses. En ouvrant ce carton d’archives notre cheffe de projet s’est retrouvée face à des femmes nommées pour enseigner aux filles (puellae / fillae). Les écoles et collèges sont alors placés sous l’autorité du chantre de la cathédrale de Paris et c’est bien lui qui engage ces femmes pour enseigner.

Leurs noms ?6

  • Periecte La Couppenoire (1484)

  • la veuve de Reletus Champaigne (1497)

  • Catherine La Sauvaige (1499)

  • Marie Darly (1499)

  • Oddete Bonne Amys (1499)

  • Jacqueline Martine (1500)

  • Johanne La Poullieta (1500)

1 MSAUC 7/D.10.A.b

2 Jacques VERGER, « PARIS UNIVERSITÉ DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 juillet 2020. URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/universite-de-paris/

3 FRBIS/MSAUC1/L3

4 James K. Farge n’a pas encore publié ses découvertes

5 Olivier Guyotjeannin, ‘Les petits écoles de Paris dans la première moitié du XVe siècle’, in: Finances, pouvoirs et mémoires. Mélanges offerts à Jean Favier, Paris, 1999, 112–26

6 Bednarski, Steven & Courtemanche, Andrée (2009), « Learning to be a man: public schooling and apprenticeship in late medieval Manosque », Journal of Medieval History, 35, 113-135


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.