Qui sommes-nous ?

Le Service de la Valorisation numérique des collections et du soutien à la recherche (SERVAL) au sein de la

Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne

(BIS)

Héritière de la bibliothèque de l’Université de Paris ouverte au public en 1770, détentrice des archives de la faculté des Arts, riche d’environ deux millions de documents, la BIS a été désignée en 2017, dans le cadre du dispositif CollEx-Persée, “bibliothèque délégataire” dans quatre disciplines, dont l’histoire. Elle s’est associée dès l’origine à Ménestrel, réseau institutionnel de médiévistes. Son implantation au cœur du Quartier Latin et son statut interuniversitaire renforcent encore sa position de soutien privilégié aux études médiévales.

Lucie Vieillon, cheffe de projet au SERVAL, est à l’origine du projet ORESM. Après un mémoire de recherche en histoire médiévale à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV) sur Les violences et les techniques militaires des normands en Italie méridionale et méditerranée (XIe – XIIe siècles), sous la direction d’E. Crouzet-Pavan, elle est entrée à l’Ecole nationale des Chartes en Master Technologies Numériques Appliquées à l’Histoire (TNAH) – parcours archives, débouchant sur la rédaction d’un mémoire sur La rencontre entre les données prosopographiques issues de la recherche et les données patrimoniales : vers un partage d’outils, sous la direction de G. Poupeau.
Spécialisée en histoire médiévale, archivistique et informatique, elle met les outils numériques au service de la recherche en histoire médiévale tout en valorisant les documents d’archives au sein du SERVAL.

Lucie ayant dû quitter le projet, celui-ci est aujourd’hui co-dirigé par Laurence Bobis, directrice de la bibliothèque. Sous sa direction, Arsène Georges, Sébastien Clément, ainsi que Louise Gousseau poursuivent le travail sur ce projet ambitieux. L’équipe est coordonnée par Laurie Aoustet.

Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris

(LaMOP – UMR 8589)

Né en 1998, ce laboratoire, placé sous la double tutelle de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et du CNRS, a repris et développé Studium Parisiense, base prosopographique et bio-bibliographique créée à l’initiative de Jean-Philippe Genet dans les années 1970. Constamment alimentée, cette base de données consacrée aux professeurs, élèves et suppôts de l’université de Paris au Moyen Âge compte aujourd’hui plus de 20 000 entrées.

Stéphane Lamassé fut co-porteur du projet ORESM et est maître de conférences en histoire médiévale à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il s’est spécialisé dans l’histoire des sciences médiévales autour du champ des mathématiques et a orienté une partie de ses recherches vers les traitements historiques de l’information numérique, mais aussi sur les méthodes utilisables par des historiens en termes d’analyse de données. Thierry Kouamé, maître de conférences HDR en histoire médiévale à l’université Paris 1, a repris le co-portage du projet au sein de ce laboratoire.

Archives nationales

(AN)

Les Archives nationales conservent une grande partie des fonds des anciens collèges et facultés de l’université de Paris, ainsi que les archives des facultés de Droit et de Théologie, notamment les séries M et M/M, relatives aux collèges et aux écoles. Trois services sont impliqués dans le projet ORESM : la Mission Référentiels, le Département du Moyen Âge et de l’Ancien Régime (DMAAR) et le Département du Minutier Central des notaires de Paris (DMC).



Bibliothèque Inter-Universitaire de Santé

(BIU Santé)

Héritière de la bibliothèque de l’ancienne faculté de médecine de Paris créée au Moyen Âge, la BIU Santé conserve entre autres, les Commentaires de la faculté de médecine de Paris. Ces derniers, présentés sous forme de registres, sont exploités dans le projet ORESM.

Bibliotheca bibliothecarum novissima

(Biblissima)

Construit grâce au programme des investissements d’avenir, Biblissima est un observatoire du patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance qui contribue à une meilleure connaissance de la circulation des textes, du devenir des bibliothèques et de la transmission des savoirs en Europe, grâce à un portail unique donnant accès à une vaste documentation sur les manuscrits et les imprimés anciens, leurs possesseurs et leurs lecteurs successifs.

Centre de Recherche et d’Études – Histoire et Sociétés

(CREHS)

Le Centre de Recherche et d’Etudes « Histoire et Sociétés » est une équipe d’accueil (UR 4027) qui regroupe des historiens, des historiens de l’art et des archéologues, pour la plupart affectés à l’Université d’Artois. Les recherches menées au sein du CREHS couvrent toutes les périodes de l’histoire, de l’Antiquité méditerranéenne jusqu’aux temps contemporains. Elles mobilisent diverses disciplines (histoire, archéologie, philologie, iconographie, épigraphie) et comprennent des activités de terrain liées aux prospections et aux fouilles archéologiques.

Le CREHS est inséré dans le DIM (domaine d’intérêt majeur) « Patrimoines, territoires, transculturalités », regroupant cinq unités de recherches de l’Université d’Artois. Thierry Amalou, professeur d’histoire moderne et spécialiste de l’histoire des universités a manifesté son intérêt pour le projet ORESM et fait partie du Comité Scientifique.

Centre de Recherche Interdisciplinaire en Histoire, histoire de l’Art et Musicologie

(CRIHAM)

Le Centre de recherche interdisciplinaire en histoire, histoire de l’art et musicologie (Criham) est une unité de recherche commune aux Universités de Poitiers et de Limoges. Il réunit des chercheurs en histoire, histoire de l’art et musicologie. Il met en œuvre des recherches pluridisciplinaires en sciences humaines et arts dans un cadre chronologique étendu, de l’Antiquité à l’époque contemporaine, et dans un espace large, depuis l’Europe, jusqu’à l’Afrique du Nord et, outre Atlantique, la Nouvelle France.

Yannis Delmas, maître de conférences en informatique, est responsable de la base de données du Repertorium Academicum Pictaviense (RAP) et travaillera à l’alignement des données du RAP avec celles de Studium Parisiense pour tester l’application web de réconciliation des identités.

Domaine d’Intêret Majeur – Science du Texte et Connaissances Nouvelles

(DIM-STCN)

Le DIM-STCN propose de fédérer des équipes, des acteurs, des chercheurs ou des acteurs de la formation, qui s’accordent sur la nécessité de rassembler autour de l’émergence des environnements numériques modifiant profondément les interactions entre les individus, leur rapport à la connaissance, et leur compréhension des humanités. C’est le champ des « connaissances nouvelles ». Le projet ORESM a pu rejoindre le réseau du DIM-STCN et ce dernier est le co-financeur et un soutien de poids.

École nationale des chartes

(ENC)

Fondée en 1821, placée sous la tutelle du ministère chargé de l’enseignement supérieur, l’ENC est une grande école française spécialisée en sciences auxiliaires de l’histoire. Elle forme notamment des archivistes paléographes, ainsi que des techniciens en Humanités numériques. L’ENC aide le projet ORESM dans sa partie paléographique lors de la lecture des documents médiévaux et participe également à la partie technique en Humanités numériques via l’envoie de stagiaires issu·e·s du master professionnel “Technologies Numériques Appliquées à l’Histoire” (TNAH) désirant acquérir une expérience dans un projet regroupant des enjeux bibliothéconomiques, archivistiques, patrimoniaux, scientifiques et techniques.

Institut de Recherche et d’Histoire des Textes

(IRHT)

L’Institut de recherche et d’histoire des textes se consacre à la recherche fondamentale sur les manuscrits médiévaux et les imprimés anciens. L’histoire des textes écrits dans les principales langues de culture du pourtour méditerranéen, latin, langues romanes, hébreu, grec, copte, syriaque, arabe, y est traitée dans tous ses aspects : supports matériels de l’écrit, écriture et décoration, contenu textuel, iconographie, diffusion et réception. L’IRHT réalise d’importants travaux scientifiques autour des manuscrits médiévaux sur différentes bases de données telles que Bibale, la BVVM, le projet FAMA et Medium, et crawle d’ores et déjà Biblissima. Pour la partie répertoire des manuscrits, il semblait tout naturel qu’ORESM se tourne vers l’IRHT et son expertise en matière d’écrits médiévaux.

University Alliance Europa

(UNA Europa)

Retenue dans le cadre de l’appel à projet pilote Erasmus+ pour les universités européennes, l’alliance UNA Europa réunit huit universités européennes de premier plan : Alma Mater Studiorum Università di Bologna (Italie), Freie Universität Berlin (Allemagne), Helsingin Yliopisto/ Helsingfors universitet< (Finlande), KU Leuven (Belgique), Universidad Complutense de Madrid (Espagne), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (France), University of Edinburgh (Royaume Uni), Uniwersytet Jagielloński w Krakowie (Pologne). Les Étudiant·e·s, Suppôt·e·s et Maître·sse·s de l’université de Paris au Moyen Âge venaient de tout horizon d’Europe, l’un des pans scientifiques d’ORESM est de (dé)montrer la mobilité géographique des personnes (et des œuvres de l’esprit) à l’époque médiévale. Ce réseau d’universités permet de couvrir un maillage européen.